Une année à la campagne (Sue Hubbell)

sue hubbell

J’ai eu envie de relire ce livre pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’après plus ou moins trois ans d’hibernation (ma licence en lettres m’ayant réellement accaparée), j’ai repris mon activité de bénévole au sein d’une association de protection de la nature.  J’en ai profité pour changer de blog et m’engager dans une voie plus militante. Je ne désire pas pour autant plomber le moral de tous mes visiteurs en chroniquant des livres au ton souvent noir, j’aimerai aussi montrer le positif qui découle d’un changement de comportement ou de vie. L’ouvrage de Sue Hubbell (née  en 1935) ne peut qu’inspirer et donner des idées au moment où un certain nombre de citoyens partout dans le monde essaie de réinventer un modèle de société plus sobre, solidaire et respectueux de la nature et des autres êtres vivants. Lire Sue Hubbell est comme respirer une bouffée d’air frais, ça donne des ailes !

La préface, délicieuse, est signée par Le Clézio (c’est lui qui avait écrit celle de l’Almanach du comté des sables d’Aldo Leopold).

A la fin du livre, ma première réflexion fut : qu’est-ce que j’aimerai la rencontrer ! Sue Hubbell a eu un parcours comme je les aime, imaginez un peu, à la fois biologiste et bibliothécaire !!

Un beau jour, elle décide d’aller vivre à la campagne, dans le sud du Missouri, plus précisément dans les monts Ozark. Bien que parfaitement ignorante en matière d’élevage ou d’agriculture, Sue se lance avec un bel enthousiasme dans le métier d’apicultrice. Contre toute attente, elle réussit dans ce domaine, sans doute car elle est une femme à l’intelligence vive, toujours en éveil, grande observatrice, douée de patience et surtout sans cesse émerveillée par la nature qui l’entoure. Ses réflexions et observations témoignent de son intérêt et de son amour pour toutes les autres créatures vivantes, même celles parmi les moins aimées de ses contemporains : les serpents et cafards, les araignées et les coyotes…

« Un autre événement important a eu lieu, que je dois au semi-abandon dans lequel je laisse mon domaine. Un soir, vers la fin de l’automne, j’étais allée dîner chez des amis et je rentrais tard. Lorsque j’arrêtais la voiture devant la grange, la nuit fourmillait d’yeux (…) J’éteignis les phares, descendis sans bruit de la camionnette. Je me trouvais au milieu de troupeau de cerfs. C’était une nuit sans lune mais à la lueur des étoiles, leur silhouette se détachait assez clairement et, n’étant plus aveuglés par les phares, ils se détendirent et se remirent à brouter l’herbe et le trèfle encore verdoyants  qui avaient poussé autour de la grange et en-dessous ».

Je craignais de m’ennuyer un peu en lisant les passages consacrés aux abeilles, il n’en fut rien. Sue Hubbell a un talent remarquable de conteuse, qui sait donner de l’importance à de menus faits ou à des observations scientifiques. Il émane une paix certaine de ses constatations qui permet au lecteur de se couler dans son mode de vie. Travailler en accord avec sa terre, regarder passer les saisons, nourrir ses réflexions, s’accommoder des petits tracas de l’existence, tirer les leçons de diverses expériences…

Elle savait parfaitement se débrouiller en de nombreux domaines, la menuiserie, bricoler un poulailler, scier un arbre et même réparer une voiture et un tracteur. Qui a dit que les intellectuels ne savent rien faire de leurs dix doigts ?

J’ai autant adoré lé récit de cette formidable expérience autant que le ton et le style de l’auteur.

« Nous sommes donc là sous les chênes dans l’aube naissante – les parasites, les papillons de nuit, les chauve-souris, les moustiques et moi. Nous formons un ensemble harmonieux qui en vaut bien un autre et qui me convient parfaitement pour boire mon café et regarder le jour se lever. »

Un récit nostalgique et empreint d’espoir car il me semble qu’une telle vie simple est à la porté de tous, à la condition de se montrer tolérant, humble et ouvert d’esprit, envers toutes les autres créatures qui nous côtoient. Un immense coup de coeur, pour le livre et pour cette femme écrivain.

Publicités
Catégories : Nature Writing | 7 Commentaires

Navigation des articles

7 réflexions sur “Une année à la campagne (Sue Hubbell)

  1. Ce livre est une vraie merveille. C’est grâce à lui que j’ai commencé le Nature Writing, qui fait maintenant complètement partie de ma vie de lectrice. On apprends beaucoup de choses, à profiter, protéger et observer. J’en garde un souvenir émerveillé.

    J'aime

    • C’est vrai que moi aussi, j’ai une tendresse particulière pour ce livre; Là j’ai – toujours – en attente sur ma table de chevet, Annie Dillard et Thomas Rain Crowe. Je ne me souviens plus si on a déjà discuté de ces deux-là ?

      J'aime

  2. Lu il y a longtemps, à l’époque je ne connaissais pas non plus l’expression nature writing, et puis bien sûr je l’ai relu
    (comment ça tu fais attendre Annie Dillard, tsss)

    J'aime

  3. Un livre culte pour moi. Je l’ai lu il y a très longtemps et je le relis chaque année.

    J'aime

    • Ce type de récit met du baume au coeur et permet de ne pas complètement désespérer de notre monde. Le retour à la simplicité et à la complicité avec la nature pourrait régler tant de problèmes…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :