Anatole France et les contes de fées

lelivredemonami

Je replace ici un texte que j’avais beaucoup aimé. C’est un extrait de « Le livre de mon ami ».

Cela dit, j’aurais tout dit, si, depuis vingt ans, nous n’avions en France et, je crois bien, dans le monde entier, l’idée qu’il ne faut donner aux enfants que des livres de science, de peur de leur gâter l’esprit par de la poésie.
Cette idée est si profondément enracinée dans l’esprit public qu’aujourd’hui, quand on réimprime Perrault, c’est seulement pour les artistes et les bibliophiles. voyez, par exemple, les éditions qu’en ont données Perrin et Lemerre.
Elles vont dans les bibliothèques des amateurs et se relient en maroquin plein avec des dorures au petit fer.
Par contre, les catalogues illustrés des livres d’étrennes enfantines présentent aux yeux, pour les séduire, des crabes, des araignées, des nids de chenille, des appareils à gaz. C’est à décourager d’être enfant. A chaque fin d’année, les traités de vulgarisation scientifique, innombrables comme les lames de l’Océan, inondent et submergent nous et nos familles. Nous en sommes aveuglés, noyés. Plus de belles formes, plus de nobles pensées, plus d’art, plus de goût, rien d’humain. Seulement des réactions chimiques et des états physiologiques.
On m’a montré hier l’Alphabet des Merveilles de l’Industrie !
Dans dix ans, nous serons tous électriciens.
M. Louis Figuier, qui pourtant est un homme de bien, sort de sa placidité ordinaire à la seule pensée que les petits garçons et les petites filles de France peuvent connaître encore Peau-d’Ane.
l a composé une préface tout exprès pour dire aux parents de retirer à leurs enfants les Contes de Perrault et de les remplacer par les ouvrages du docteur Ludovicus Ficus son ami. « Fermez-moi ce livre, mademoiselle Jeanne, laissez là, s’il vous plaît, « l’oiseau bleu, couleur du temps » que vous trouvez si aimable et qui vous fait pleurer, et étudiez vite l’éthérisation. Il serait beau qu’à sept ans vous n’eussiez pas encore une opinion faite sur la puissance anesthésique du protoxyde d’azote ! » M. Louis Figuier a découvert que les fées sont des êtres imaginaires. C’est pourquoi il ne peut souffrir qu’on parle d’elles aux enfants. Il leur parle du guano, qui n’a rien d’imaginaire. – Eh bien, docteur, les fées existent précisément parce qu’elles sont imaginaires. Elles existent dans les imaginations naïves et fraîches, naturellement ouvertes à la poésie toujours jeune des traditions populaires.
Le moindre petit livre qui inspire une idée poétique, qui suggère un beau sentiment, qui remue l’âme enfin, vaut infiniment mieux, pour l’enfance et pour la jeunesse, que tous vos bouquins bourrés de notions mécaniques.
Il faut des contes aux petits et aux grands enfants, de beaux contes en vers ou en prose, des écrits qui nous donnent à rire ou à pleurer, et qui nous mettent dans l’enchantement.
Je reçois aujourd’hui même, avec bien du plaisir, un livre qui s’appelle Le Monde enchanté, et qui contient une douzaine de contes de fées.
L’aimable et savant homme qui les a réunis, M. de Lescure, montre, dans sa préface, à quel besoin éternel de l’âme répond la féerie.
« Le besoin, dit-il, d’oublier la terre, la réalité, leurs déceptions, leurs affronts, si durs aux âmes fières, leurs chocs brutaux, si douloureux aux sensibilités délicates, est un besoin universel. Le rêve, plus que le rire, distingue l’homme des animaux et établit sa supériorité. »
Eh bien, ce besoin de rêver, l’enfant l’éprouve. Il sent son imagination qui travaille, et c’est pour cela qu’il veut des contes.
Les conteurs refont le monde à leur manière et ils donnent aux faibles, aux simples, aux petits, l’occasion de le refaire à la leur. Aussi ont-ils l’influence la plus sympathique. Ils aident à imaginer, à sentir, à aimer.
Et ne craignez point qu’ils trompent l’enfant en peuplant son esprit de nains ou de fées. L’enfant sait bien que la vie n’a point de ces apparitions charmantes. C’est votre science amusante qui le trompe ; c’est elle qui sème des erreurs difficiles à corriger. Les petits garçons qui n’ont point de défiance se figurent, sur la foi de M. Verne, qu’on va en obus dans la lune et qu’un organisme peut se soustraire sans dommage aux lois de la pesanteur.

le banquet des fées

Publicités
Catégories : Tout droit jusqu'au matin | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :