La faim, la bagnole, le blé et nous de Fabrice Nicolino

9782213634623-T_0

Je n’ai pris conscience du réel danger des agrocarburants qu’en 2004 environ (mieux vaut tard que jamais, n’est-ce pas…), lorsque je me suis penchée sur la déforestation en Indonésie. Hormis l’huile de palme qui me préoccupait grandement, j’avais un peu négligé les autres végétaux destinés à remplacer le pétrole, et notamment la canne à sucre, le soja, le maïs, entre autres. Et au moment où je réécris ces lignes pour mon nouveau blog, le problème des biocarburants se pose toujours…
Depuis, je lis toutes les contributions émanant de scientifiques et d’ONG, et j’ai découvert l’ampleur du désastre en Amérique du sud essentiellement, avant de jeter un coup d’œil sur ce qui se passait en Europe, et forcément chez nous, en France.
Le livre de Fabrice Nicolino a le mérite de creuser la question des agrocarburants en France, et de brosser un rapide portrait de la situation au niveau mondial. J’apprends donc avec effarement que le lobby agro-industriel planche sur les agrocarburants depuis une vingtaine d’années environ, et que l’idée a fait son chemin un peu partout, au sein des organisations écologistes hélas (certaines, pas toutes) mais aussi au Ministère de l’Ecologie via l’ADEME dont le rôle dans le développement des agrocarburants est on ne peut plus préoccupant. En coulisse, on s’active donc à faire la promotion de ce nouvel or vert qui risque de provoquer un chaos tel qu’il nous sera bien difficile de nous en remettre.
Outre le fait que la production d’agrocarburants sera responsable de la hausse des prix des céréales et autres végétaux de base, contribuant ainsi à aggraver la famine qui frappe déjà de nombreuses populations, elle ne résoudra en rien le problème du réchauffement climatique, au contraire, et une avalanche de problèmes déboulera en moins d’une dizaine d’années : disparition des forêts, des tourbières, des jachères (donc adieu au peu de biodiversité qui nous reste…), pénurie d’eau potable, voire d’eau tout court, augmentation de l’utilisation des engrais et des pesticides (et déjà la situation n’est pas triste…), raz de marée des OGM… une bien belle vision d’un avenir tout proche que nous promettent les accrocs à la voiture, dont la plupart d’entre nous font partie.
La chose à retentir de ce livre est sans doute celle-ci : aujourd’hui on fait l’apologie des agrocarburants en France au nom de la lutte contre le réchauffement climatique. Or, le lobby agro-industriel et quelques politiques se mobilisent depuis le début des années 80 lorsque l’excédent d’huile, suite au développement des oléagineux pour la production de tourteaux, commence à poser problème.

C’est donc pour des raisons purement commerciales que l’on songe à trouver de nouveaux débouchés pour les huiles végétales. le livre de Nicolino est nécessaire pour comprendre les enjeux et faire le bon choix en toute conscience. Celui de refuser de tomber dans le piège des agrocarburants. Trop peu de médias et de journalistes en France osent se poser les bonnes questions et remettre en cause la production à grande échelle des huiles végétales, ce livre est donc à saluer, et à lire d’urgence.

Publicités
Catégories : Lire pour agir | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :