L’impensable rencontre de Marie-Hélène Fraïssé

9782226259936m

Merci à Keisha qui m’a prêté cet essai, que j’avais bien envie de lire après sa chronique. Le catalogue d’Albin Michel s’étoffe d’oeuvres vraiment intéressantes sur les Amérindiens.

J’aime bien l’une des phrases de présentation de l’éditeur : le « bon sauvage » n’était-il pas plutôt un « affreux barbare » ?

On pourrait sans nul doute approuver ce constat en parcourant les nombreux documents réunis par l’auteur, présentés par zone géographique et recouvrant à peu près 4 siècles d’histoire. Ce sont de véritables documents à charge, à quelques exceptions près, qui brossent le portrait de l’affreux sauvage : celui-ci est dépourvu d’intelligence, aime la pacotille -qu’on échange volontiers contre des objets utiles – se promène presque nu et n’a donc aucune pudeur, n’hésite pas à scalper ou torturer, passe sont temps à danser au lieu de travailler aux champs, n’hésite pas à prendre plusieurs concubines. Il est aussi rusé que sournois, cruel et aime raconter des histoires sans queue ni tête. C’est le choc des cultures entre celui qui découvre un continent vaste et vierge, se croyant investi d’une mission divine, persuadé d’appartenir à un peuple civilisé, et celui qui va subir ces intrusions et se voir dépossédé de sa culture, quand il ne se fait pas tout bonnement rayé de la carte.

Evidemment, seul le point de vue de l’envahisseur est donné puisque les relations de voyage étaient inconnues des indigènes chez qui la tradition orale était source de communication. Et pourtant, malgré une approche globale négative, due à une ignorance crasse, la peur de l’autre ou le poids des préjugés, quelques voix se font entendre pour prendre la défense des sauvages.

L’un des documents est un extrait de la célèbre relation de voyage de Cabeza de Vaca que j’ai dû lire il y a bien une dizaines d’années et que j’aimerai bien présenter ici. Un document d’une grande valeur historique et ethnographique, doublé d’un témoignage émouvant.

A lire mon billet, il ne faudrait pas croire que deux camps s’opposent dans cette multitude de récits, les méchants blancs d’un côté et les gentils autochtones de l’autre. Je me garde bien d’un avis aussi tranché et je pense que c’est aussi tout l’intérêt de cet ouvrage. La bêtise, la cruauté et la cupidité ne sont pas l’apanage des sociétés civilisées. Pour autant, rien ne pouvait justifier ces spoliations, ces massacres, ces destructions. Un pan entier des cultures Amérindiennes a disparu par les fautes des navigateurs, des aventuriers, des colons.

Enfin, je terminerai sur la belle conclusion de l’auteur qui s’interroge sur le silence des vaincus. Lorsque la parole sera donnée aux Amérindiens alors l’Histoire sera complète.

Pour poursuivre la réflexion et se faire une opinion sur la protection de la nature et les droits des autochtones, lire cet article de Survival International.

Silence forcé, bien souvent. Celui de Raoni, l’Indien médiatique, invité à faire sa danse de guerre au « Grand Journal », mais auquel on coupe la parole dès qu’il commence à évoquer la vraie raison de sa venue : la mort programmée de son peuple les Kayapos, envahi, déplacé, prolétarisé au nom du « développement » dont la face inégalitaire et cynique se révèle chaque jour.

 

Publicités
Catégories : Red power | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “L’impensable rencontre de Marie-Hélène Fraïssé

  1. keisha41

    depuis j’ai lu Indian roads de David Treuer (billet un de ces jours) très très bien, à lire!
    Sinon, bouquin bien arrivé!

    J'aime

    • Je suis très en retard pour Treuer, son premier roman attends toujours sur mes étagères. Je vais jeter un oeil sur le titre que tu cites.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :