Lire pour agir et lire pour le plaisir

J’aimerai bien écrire des chroniques plus souvent sur ce blog mais je n’ai pas le temps. J’ai de nouvelles responsabilités professionnelles, qui m’accaparent un peu quand même, mais je gère, ça va. Et puis, je suis devenue Maître-Composteur, ce dont je suis très fière !

Comme je l’ai déjà écrit ici et là, je suis bénévole pour une association de protection de la nature, activité très chronophage, surtout depuis l’arrivée à la présidence de vous-savez-qui. Jamais la nature et les animaux n’ont été autant menacés, malmenés et même impitoyablement écrabouillés. Alors j’essaie de faire ce que je peux pour que le côté obscur de la Force ne l’emporte pas. Cela me rappelle les dernières lignes de ce sacré bon roman, Cartographie des nuages : « Et seulement à votre dernier souffle, enfin comprendrez-vous que votre vie n’a guère davantage compté qu’une goutte dans l’infini de l’océan ! Cependant qu’est-ce qu’un océan, sinon une multitude de gouttes ? ».

Quand j’ai du temps, rien qu’à moi, je suis dans les prés ou le potager à planter. Surtout des arbres. C’est dur physiquement, surtout quand il fait froid, mais je serai la mère d’une forêt d’ici une cinquantaine d’année, si je suis encore de ce triste monde.

Sleeping-Beauty-Polar-Bear

Et puis, quand je ne dors pas (je fais beaucoup de siestes en ce moment, mon corps réclame du repos et comme certains animaux, la saison froide me voit plus ou moins hiberner), je lis. Essentiellement des livres sur l’écologie, souvent en anglais.

treebook

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais aussi de la fantasy ou en tout cas, les littératures de l’imaginaire. J’ai dévoré et adoré les deux suites des Enchantements d’Ambremer de Pierre Pevel, Les disparus du Clair de Lune de Christelle Dabos. Beaucoup aimé Au service surnaturel de sa Majesté, de Daniel O’Malley (je n’avais rien lu de plus loufoque depuis Thursday Next !!) et La voie de la colère d’Antoine Rouaud. Et je n’ai écrit aucun billet, par manque de temps et de… talent ou d’inspiration. Je les aimés ces livres, ils méritent une belle chronique, pas un billet vite bâclé, histoire de dire que j’ai publié quelque chose sur mon blog.

Rendez-vous donc dans quelques jours… ou semaines, je ne sais.

Publicités
Catégories : Non classé | 5 Commentaires

Navigation des articles

5 réflexions sur “Lire pour agir et lire pour le plaisir

  1. Hey coucou par ici 🙂
    Ce n’est pas forcément évident de tenir le rythme sur un blog et c’est surtout très important de tenir SON rythme.
    A bientôt !

    J'aime

  2. keisha41

    Ouch, t’as drôlement bien fait de parler du loufoque genre Thurday Next, je viens de lire le dernier en poche, et je suis en manque!
    Plus sérieusement, tiens bon dans tes responsabilités. Y a -t il plus beau aussi que planter un arbre ? (oui, deux!);dans mon (petit) jardin je plante des arbres fruitiers, après on voit si ça marche!

    J'aime

    • Le Daniel O’Malley, fonce, tu ne le regretteras pas (enfin j’espère). Le début ne m’a pas enthousiasmée, ça me rappelait justement l’univers de Jasper Fforde et le film Men in black, je me disais que l’auteur avait un peu pioché chez d’autres. Et au de quelques pages, j’ai oublié ces références, jamais rien lu d’aussi dingue. J’ai beaucoup ri. Tu m’en diras des nouvelles !!

      Pour les arbres, j’ai planté un verger il y a 3 ans et fait pas mal d’erreurs. Je voulais des fruits que j’ai l’habitude de manger, genre des pêches, des cerises machin-chose… le truc c’est que les pêchers végètent, sans mauvais jeu de mot, et les cerises sont attaquées à la fois par les pucerons et les oiseaux. DU coup, je mise sur des essences rustiques, plus adaptées au climat et au sol de mon coin. La pêche de vigne est plus acide, mais son arbre est résistant, ne demande quasiment pas de soins.
      Bref, j’ai eu des échecs, j’expérimente d’autres variétés anciennes. Quel boulot ! Et toi, tu as quelles variétés ?

      J'aime

  3. keisha41

    Bon mon erreur ce fut le mirabellier (je n’habite pas du tout la Lorraine) qui végète, ne donne quasiment rien et dont le tronc ravit les chats pour se faire les griffes (c’est déjà ça)
    Les autres : deux pêchers de vigne, plantés par mon père en 1997 quand je n’étais pas là, qui depuis donnent, donnent, donnent… (en dépit des mêmes chats). J’ai aussi fait une expérience, récupérant des cerisiers sauvages (qui de toute façon seraient passés à la broyeuse), tu sais, les bien acides spécial clafoutis et là enfin cette année j’ai pu en déguster un bon bol de mûres, assez sucrées. (d’ordinaire les oiseaux passent avant)
    Le terrain est quand même très petit, pas la peine de lancer un verger. Cette année j’ai eu la surprise de découvrir deux lauriers tins, venus d’on ne sait où, et qui fleurissent, confirmant mon sentiment qu’il faut laisser une certaine liberté (certains diraient fouillis pas nettoyé) à un jardin. Ce qui pousse tout seul est en général en forme! J’avais planté un laurier tin il y a des années, il a crevé.
    Ce qui m’inquiète, c’est que le pommier du japon (tu vois, les belles fleurs?), commence à fleurir maintenant! Le jasmin d’hiver aussi, mais lui, c’est plus sa saison.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :