Almanach d’un comté des sables d’Aldo Leopold

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je publie ici mon ancien billet que ce grand classique du Nature Writing car, chouette, je viens d’acheter un autre livre de Leopold paru chez José Corti, Pour la santé de la terre. Du coup, j’ai relu l’Almanach.

Il y a des livres comme ça, qui dès les premières lignes font surgir des images, des lieux qui, même si vous ne les avez jamais parcourus autrement qu’en imagination, vous sont précieux. Pour moi, c’est l’image de la Grande Prairie américaine que foulent les troupeaux de bisons. Le continent américain a subi bien des désastres écologiques, et d’autres se profilent à l’horizon, mais rien n’est plus poignant ni plus significatif que la perte de la Grande Prairie et le massacre des bisons, évoqués avec regret par Aldo Leopold. Entre deux cours à l’université, ce dernier vient se ressourcer dans son domaine de 50 hectares de prés et de bois, situé dans le Wisconsin.

Au fil des mois, le naturaliste (qui a été aussi chasseur)  nous livre le fruit de ses observations et réflexions sur le monde sauvage qui l’entoure. Sur son domaine il croise cerfs, grouses, lapins, visons, ratons laveurs. Un arbre abattu permet à Leopold de remonter le temps et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’Histoire du Wisconsin n’est guère brillante : 1872, mort du dernier dindon sauvage, 1899 le dernier pigeon migrateur est abattu, 1908 c’est le dernier couguar qui tombe sous les balles d’un chasseur, 1925 la dernière martre disparaît…mais malgré une biodiversité qui s’amenuise dans cet Etat, Leopold s’émerveille tous les jours du spectacle que lui offre la nature, que ce soit le concert symphonique des oiseaux à l’aube, où les couleurs délicates de la rivière à un certain moment de l’année.
Dans la seconde partie du livre, intitulée « quelques croquis » , Leopold évoque, entre autres, le destin des grands carnivores américains, l’ours et le loup en particulier, éternels condamnés, sacrifiés à l’autel du profit. Un épisode de jeunesse lui revient, particulièrement désagréable, et lorsqu’il s’approche du corps de la louve qu’il vient d’abattre, il mesure alors les conséquences douloureuses de son acte. La montagne est malade de la disparition des prédateurs mais qu’importe, l’homme n’a pas appris à penser comme une montagne, et ce constat lui inspire cette belle phrase reprise de Thoreau : « le salut du monde passe par l’état sauvage ». C’est assez malheureux d’entendre un si beau discours de la part d’un chasseur. Cela m’a d’ailleurs rappelé un peu le parcours de James Oliver Curwood…

La dernière partie « en fin de compte », est un constat, amer forcément, et une série de propositions sur la façon d’aborder l’écologie et les moyens de protéger la nature.
Publié en 1949, cet Almanach n’a pas pris une ride. Outil de réflexion et de connaissances, l’ouvrage d’Aldo Leopold est aussi une formidable invitation à nous émerveiller devant les beautés de la nature.

Un mot également sur la belle préface de Le Clézio, qui, je pense, aurait dû écrire sur ce sujet qu’il semble bien connaître et magnifier. Il avait déjà écrit la préface de Sue Hubbell.

photo : fatfinch.wordpress.com/

photo : fatfinch.wordpress.com/

Publicités
Catégories : Nature Writing | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Almanach d’un comté des sables d’Aldo Leopold

  1. Ouf j’ai eu peur, tu l’avais déjà lu! Ce petit poche est aussi sur mes étagères;
    Et tu me fais découvrir l’existence d’un autre titre, c’est paru chez JC, collection biophilia, une collection qui démarre, mais avec des pépites, j’en ai lu un !(http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/2015/05/biophilie.html)

    J'aime

    • Oui, je me souviens de ton billet. Mais déjà un Wilson, et le reste de cette collection pour l’instant ne me tente pas, à part le Leopold que je viens d’acheter bien sûr et le William Bartram que je possède déjà chez un autre éditeur. Alors là, Bartram devrait te plaire ! Essaie de le trouver à ta super biblio.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :