Toute la lumière que nous ne pouvons voir d’Anthony Doerr

DAPHNE REBECCA

J’ai terminé l’année 2016 par un coup de coeur en catégorie « romans ». Prix Pulitzer 2015, ce qui est la cerise sur le gâteau.

L’auteur s’est aventuré sur un de mes terrains familiers, la seconde guerre mondiale, cadre historique qui continue d’inspirer un grand nombre d’écrivains. Difficile parfois de trouver un angle original ou de  raconter cette guerre de manière différente, pourtant Anthony Doerr y parvient avec grâce et sensibilité. Ses deux héros dont les trajectoires parallèles finiront par se croiser, sont inhabituels : côté français, Marie-Laure, une jeune aveugle dont le père travaille au Muséum d’Histoire Naturelle à Paris comme serrurier-chef et côté allemand, Werner, un jeune spécialiste des transmissions électromagnétiques, miraculeusement soustrait à un destin tout tracé de mineur à Essen, car repéré par les grands pontes du parti nazi.

Et comme le destin – encore lui –  est souvent farceur et capricieux, ces deux-là se rencontreront grâce  à un diamant maudit et des enregistrements à la radio, voix salvatrices dans la nuit et l’ignorance, qui apporteront un peu de lumière à Werner, que l’on veut aveugler à tout prix dans son école d’élite et Marie-Laure, perdue dans ses ténèbres et celles de la cité de Saint-Malo qu’elle s’efforce d’apprivoiser. Deux solitudes qui se télescopent au moment le plus tragique de la histoire de la cité malouine.

Le roman alterne les moments de grâce et de joie et les drames avec beaucoup de justesse et de sobriété, Werner et Marie-Laure croisent ou côtoient une galerie de personnages secondaires tour à tour touchants ou inquiétants et si on est parfois tenté de verser une petite larme, le récit ne sombre jamais dans le tragique ou la mièvrerie.

 

J’ai été énormément  touchée par ce roman, pas manichéen pour un sou, qui était en gestation depuis 10 ans environ ! L’auteur, semblable à Charles Frazier qui a mis à peu près autant de temps à accoucher de Cold Mountain, vient de l’Idaho et fait donc partie de ces fameux écrivains de l’Ouest américain que j’affectionne tant. Aux dernières nouvelles, le roman, après avoir été traduit dans de nombreuses langues, ferait l’objet d’une adaptation ciné. Je souhaite en tout cas que Jonathan Doerr n’attende pas 10 ans de plus pour publier son prochain livre.

Publicités
Catégories : L'Ouest américain, Mes coups de coeur | 4 Commentaires

Navigation des articles

4 réflexions sur “Toute la lumière que nous ne pouvons voir d’Anthony Doerr

  1. J’avais beaucoup aimé aussi! Excellent souvenir de lecture.

    J'aime

  2. Moi aussi je l’avais adoré et ce fut un de mes coups de cœur de 2015, l’ayant lu à sa sortie en broché. Superbe !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :