Ma cousine Rachel de Daphné du Maurier

ma-cousine-rachel-daphnc3a9-du-maurierCela fait bien vingt ans que je n’avais pas relu Ma cousine Rachel. J’ai eu une période Daphné du Maurier, au cours de laquelle j’ai dévoré une grosse partie de ses oeuvres, des Oiseaux à Rebecca en passant par l’Auberge de la Jamaïque, le bouc émissaire, le Général du roi ou encore le Monde infernal de Branwell Brontë, les parasites, et d’autres. Curieusement, avec le recul, je considère ses romances comme les les oeuvres les moins réussies ou en tout cas les moins abouties de sa production littéraire, mais j’y reviendrai.

Si je me suis décidée à relire Ma cousine Rachel c’est parce que la nouvelle adaptation ciné doit sortir en septembre prochain. La bande-annonce m’a plu et surtout le casting réunit deux acteurs que j’aime beaucoup : Rachel Weiz et Sam Claflin.

C’est donc d’humeur plutôt guillerette que je me suis lancée dans cette relecture d’un roman qui m’avait, à l’époque, laissé un bon souvenir.

Hélas, je le dis tout net, il y a des romans que l’on ne devrait pas relire au terme d’une période aussi considérable… Pour résumer très brièvement l’histoire, il s’agit d’une histoire d’amour quelque peu compliquée et ténébreuse : un jeune homme habitant un grand domaine en Cornouailles s’éprend de la veuve de son cousin, une femme qu’il soupçonne pourtant d’avoir causé la mort de son parent adoré. Après la mort suspecte d’Ambroise, la belle comtesse italienne débarque donc dans cette Angleterre brumeuse où elle sera confrontée au désir de vengeance du jeune et naïf Philip, héritier du domaine. La question qui se pose très vite au lecteur et à laquelle Daphné du Maurier ne répond absolument pas à la fin du roman, est : Rachel est-elle une incorrigible veuve noire, décidée à assurer son confort matériel en tuant ses amants, ou est-elle la victime d’hommes excessifs qui ne savent pas l’aimer et lui font porter le poids de leurs fantasmes ?

Si Philip est digne d’intérêt au début du récit, grand dadais de 25 ans qui ne connait rien du monde à part son château, et qui s’appuie sur les lettres alarmantes de son défunt cousin pour nourrir son animosité envers Rachel, il devient très vite, hélas, insupportable (et là, on se dit que qu’être élevé de manière aussi excentrique, à l’écart du monde et de ses semblables, ce n’est pas une bonne idée finalement…). Je peux comprendre, dans une certaine mesure, qu’il développe assez rapidement une passion pour cette belle femme dont la vie et les déboires peuvent inspirer de la compassion, j’ai moins admis en revanche qu’il balaie tout aussi rapidement les soupçons de son cousin Ambroise, lequel, dans ses dernières lettres, se persuadait que sa femme étaient en train de l’empoisonner ! Ce n’est quand même pas rien ! Pire encore, Philip se révèle d’une stupidité et d’un égoïsme navrant : le parfait pigeon que n’importe quelle femme, même possédant des scrupules, aurait envie de plumer ! Bref, au long de cette lecture un peu laborieuse, j’ai regardé ce pauvre garçon s’enferrer au fil des pages sans songer à le plaindre un seul instant. La passion amoureuse rend non seulement idiot mais aussi violent et injuste. Si bien que j’ai fini par m’attacher au destin de Rachel, seul personnage réellement intéressant du roman.

Je me suis demandée si Daphné du Maurier avait autant d’attachement pour son héroïne, car non seulement le doute n’est pas levé à la fin du roman, mais tout le récit se déroule uniquement du point de vue de Philip, vision donc partiale des événements.

En définitive, c’est une histoire qui m’a plutôt agacée et que j’ai relu dans un état d’esprit complètement différent qui a été quelque préjudiciable au roman. Ce n’est pas pour autant que je n’irai pas voir le film, au contraire, je suis curieuse de voir ce que Rachel Weiz fera de son personnage et quel sera le parti pris du réalisateur.

 

Publicités
Catégories : Les bons vieux classiques | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :