S’accrocher aux étoiles de Katie Khan

Je crois bien que j’ai un faible pour le catalogue des éditions super 8, je leur dois de belles découvertes, dont « Carter contre le diable » ou « Au service surnaturel de sa majesté », entre autres. Voici une autre très bonne surprise avec cette romance intersidérale qui, il est vrai, rappelle énormément le scénario de Gravity, lequel aurait été saupoudré d’une romance comme je les aime.

Elle c’est Carys, qui a l’étoffe d’une héroïne, c’est à dire qu’elle pilote des navettes,  lui c’est max, cuisinier qui se rêve pilote. Nos deux tourtereaux vivent dans la société du futur où il a été édicté que l’on ne peut vivre en couple en deçà de l’âge de 35 ans. Comme le rappelle l’un des personnages : sur Utopia, c’est l’individualisme quand tu es jeune, la famille quand tu es vieux ! L’auteure nous dépeint une nouvelle société qui parait idéale, mais vous savez bien comment ça se passe avec ce type société : il y a toujours un quidam pour gratter là où ça fait mal, pour réfléchir et pour se dire, ben non, finalement, c’est pas si bien que ça.

Et Carys et Max ont l’idée pas très sage de s’aimer à 25 ans, autant dire qu’ils vont se faire mal voir… Bien sûr, la punition, si l’on peut appeler ça comme ça, ne tarde pas à tomber. Une ceinture d’astéroïdes gêne considérablement les vols spatiaux, et les instances dirigeantes décident d’envoyer notre couple maudit jouer les cobayes et accessoirement les kamikazes. Et c’est évidemment lorsqu’ils sont enfin dans l’espace, que la comparaison avec le film Gravity vous saute aux yeux.

Et pourtant, on aurait tort d’y voir une pâle copie du film. D’abord, parce que l’histoire d’amour entre Carys et Max est touchante et intense, et que les chapitres alternent entre leur passé commun, leur rencontre et ce qui s’ensuivit, et ce suspense insoutenable qui se diffuse dans ceux consacrés au voyage dans l’espace. Mais surtout, le tour de force de Katia Khan, c’est cette fin brillante et originale, qui peut paraitre un brin frustrante mais qui satisfera obligatoirement le lecteur ou la lectrice. C’est beau l’amour, quand même….

Trêve de sottises, un bon roman qui m’a touchée, ni glauque, ni sordide, ni vulgaire… ça fait du bien. Et en prime (mais qui en aurait douté ? ) il va être adapté au cinéma. Que demander de plus ?

Grand merci à Babelio et à l’éditeur pour ce masse critique.

Publicités
Catégories : Tout droit jusqu'au matin | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :