Craig Johnson, la saga Longmire 1 à 4

Et voilà, j’ai enfin fait connaissance avec le shérif Walt Longmire, le plus célèbre représentant de la loi du comté d’Absaroka dans le Wyoming. Ah, le Wyoming, ses grands espaces et ses rivières limpides, ses citoyens cheyennes et ses crimes crapuleux…. Ce n’est pas parce que c’est un polar mâtiné de nature writing que les enquêtes sont gentillettes. Little bird nous conte l’histoire d’une vengeance, celle qui s’exerce sur les quatre auteurs d’un viol collectif, d’autant plus immonde (si tant est qu’on puisse parler de graduation dans les cas de viol !) qu’il a été commis sur une jeune indienne qualifié d’un peu « simplette ».

J’avoue que dès les premières pages, je n’ai pas été plus enthousiaste que ça. Cette sordide enquête m’en rappelait d’autres (hello, Larry Watson…) et cet air de déjà-lu ne me  disait rien qui vaille, et puis Longmire lui-même me laissait dubitative : je me figurais bien ce grand type un peu lent, cinquantenaire et veuf, à la mélancolie un peu irritante, perpétuellement entouré de femmes protectrices, lui-même ayant une tendance assez marquée à tomber un peu amoureux de chaque créature féminine croisée, quel que soit leur âge… Fort heureusement, Walt a aussi de très bons côtés qui font oublier ses petits défauts : son sens de la justice, son affection pour le peuple Cheyenne, sa compassion pour les animaux. Et puis il est flanqué d’un meilleur ami que je considère comme étant peut-être le véritable héros de la saga Longmire : Henry Standing Bear, patron de bar et philosophe, costaud au coeur tendre et admirable observateur de la nature humaine.

M’étant accoutumée à ce drôle de shérif au fil des pages, j’ai donc enchaîné avec les romans disponibles en poche, d’abord Le camp des morts, suite directe de Little bird, où il est question de querelle autour d’un testament et de vie de femme battue (ben là aussi, c’est pas gai…) puis L’indien blanc où Longmire quitte, une fois n’est pas coutume, son cher Wyoming, pour Philadelphie, haut lieu du crime où travaille sa fille Cady, pour revenir enfin chez les cow-boys avec Enfants de poussière où le shérif va se retrouver confronté à son passé d’enquêteur dans les Marines durant la guerre du Vietnam. L’occasion pour le lecteur de découvrir un pan du trafic lié à la prostitution de jeunes vietnamiennes et de croiser un personnage digne d’intérêt, Virgil White Buffalo. Que du réjouissant…

Evidemment, au bout de quatre romans, on peut dire que Longmire est devenu un ami (malgré une fâcheuse tendance à se regarder dans la glace et s’amouracher su premier jupon croisé). Et pas que lui. Outre Henry (mais comment ne pas être admirative de ce gars, franchement ? ), j’avoue un faible marqué pour l’irascible Lucian Connaly, le mentor de Longmire, qui malgré son âge, est toujours capable de tirer plus vite que son ombre. A eux trois, les enquêtes sont résolues en un tour de main. Certains autres personnages m’intéressent moins, et notamment l’insupportable adjointe, Vic, qui jure comme un charretier, tandis que d’autres gagnent à être développés comme la dernière recrue, Santiago. Il y a donc matière à exploiter plein d’autres pistes dans les prochains romans.

La grande force de Johnson, outre cette écriture efficace et son rythme lancinant, c’est cette parfaite connaissance de la vie dans les petites bourgades (et pour cause, l’auteur vit dans le Wyoming), cette admiration non feinte pour la nation Indienne et sa spiritualité, qui me touche tout spécialement et son indulgence sans bornes pour les femmes qui ont toujours le beau rôle dans les enquêtes. Si l’on ajoute son affection pour les bêtes (de beaux passages consacrés en particulier aux chevaux et aux chiens), je dirais que tous les ingrédients sont réunis pour en faire une série plus qu’attachante.

A noter que le premier récit que j’ai lu de Johnson était une nouvelle gratuite, proposée en téléchargement par Gallmeister : un vieux truc indien, j’avais adoré !

Une série a été adaptée des Longmire, je ne sais pas du tout ce que ça vaut…

Plein d’autres avis sur babelio lecture/Ecriture et Keisha.

Publicités
Catégories : L'Ouest américain | 7 Commentaires

Navigation des articles

7 réflexions sur “Craig Johnson, la saga Longmire 1 à 4

  1. Ha faut que je m’y remette, j’en suis à la 8 ou 9…

    J'aime

  2. Merci pour ton avis qui me confirme qu’il faut que je me mette aux aventures de Walt Longmire !

    J'aime

    • Moi j’étais accroc aux polars de Tony Hillerman, plus riches sur le plan ethnologique, mais les enquêtes de Longmire sont sans doute plus tordues..

      J'aime

  3. Encore jamais lu mais j’ai le projet de le faire! Ça m’intrigue ces enquêtes…

    J'aime

    • Je viens de finir le 5ème tome, et j’avoue que je n’aurais jamais deviné qui était le coupable. Profite qu’on trouve les premiers en poche !

      J'aime

  4. Merci 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :