Mon séjour dans les îles anglo-normandes

Je suis partie à la mi-septembre 2018 et je n’avais pas encore trouvé le temps de poster un petit compte rendu… mieux vaut tard que jamais comme on dit ! Cela faisait longtemps que je voulais découvrir Jersey et Guernesey, l’occasion s’est présentée l’année dernière, et même si le budget était serré, j’en ai profité. Quel plaisir de retrouver un rythme de vie tranquille et d’être à proximité de l’océan… De plus, cette  année, heureusement (mais malheureusement pour le climat) le temps était suffisamment beau pour risquer une rando à vélo d’une semaine. Et oui, nous avions choisi cette formule, des vélos à assistance électrique parce que les côtes à l’intérieur des îles sont assez éprouvantes, et puis nous voulions être sûrs de pouvoir tout arpenter durant une courte semaine.

Nous sommes allés jusqu’à Saint-Malo (cité fortifiée élégante des plus plaisantes où l’on peut manger de très bonnes crèpes !) sous un soleil radieux (et baignade en prime !!!) pour prendre le ferry (toujours un chouette moment, deux heures de traversée à rêver devant le paysage) pour arriver à St Hélier où nous avions réservé un hôtel 3 * pour le premier jour et où était situé notre loueur de vélos, zebra cycles.

A St Hélier, je le dis tout net, j’ai été effarée par la circulation automobile ! je n’en suis toujours pas revenue d’avoir côtoyé autant de voitures !! Heureusement que la ville bénéficie d’un beau circuit extérieur pour les vélos, ce serait infernal sinon et il faut oublier le centre-ville, trop dangereux…

Premier arrêt de la journée dans une librairie, of course, très cosy à l’intérieur, Waterstones où j’ai acheté un roman à lire pour la semaine; Après moult hésitations, mon choix s’est porté sur coffin road de Peter May car cela s’apparentait à un éco-thriller où un scientifique tente de sauver les abeilles.

Ensuite nous avons fait connaissance avec nos machines (qui se sont révélées très pratiques et confortables, malgré le poids), c’était assez rigolo car chaque vélo était affublé d’un prénom féminin, et en route pour l’aventure !

J’ai un peu oublié hélas, le nom des bourgades et des lieux, impossible de remettre la main sur mes notes, tant pis. Je me contenterai de dire que ce fut un séjour vivifiant (température idéale, un peu de vent) et apaisant. J’ai eu (et j’ai toujours) une année professionnelle plutôt éprouvante (nouvelles responsabilités, heures supp, gros stress…) et une grosse fatigue s’installant au fil des mois (symptômes du burn-out, après réflexion…), je craignais d’être épuisée après la première journée à vélo. Il n’en fut rien. J’ai mis un point d’honneur (mon petit défi perso à moi 🙂 à faire tous les circuits en mode physique, n’enclenchant la batterie que pour les grosses montées. A chaque fin de journée, une demi-heure de longueurs en piscine (choix judicieux d’avoir réservé des hôtels avec piscine, désertée par les clients à cette époque) et repas un peu trop copieux, mais toujours végétarien. L’autre bonne surprise de mon séjour. Même lorsque nous nous sommes arrêtés dans ce restau de fruits de mer réputé, en bord de mer, j’ai eu l’immense joie de pouvoir commander le menu spécial « veg » !

 

Ci-dessous : château de Mont Orgueil, prise un peu de travers… le vent sans doute 🙂

Les habitants prennent soin de leurs maisons et jardins, presque pas de déchets hors des poubelles, bref, des îles agréables à l’oeil. Je me suis prise à rêver devant certaines demeures, en me disant que j’y passerai bien ma retraite…

On y parle anglais partout mais nous avons rencontré beaucoup d’habitants ayant plaisir à pratiquer le français avec des touristes égarés ! En effet, il y a peu de rues et de panneaux, et certaines rues semblent faire tout le tour de l’île car elles gardent le même nom quel que soit le nombre de kilomètres que vous avalez. Curieux… Heureusement, le gros avantage des îles, c’est qu’on ne peut pas se perdre bien longtemps…

 

A Jersey, nous avons visité le museum qui  nous permet de découvrir de manière très précise l’intérieur d’une demeure de marchand du milieu du 19ème siècle, admirablement reconstitué, et complété par quelques scènes avec des hologrammes. Ce fut un intermède plaisant.

A Guernesey, j’ai voulu absolument contempler cette minuscule chapelle qu’on m’avait indiquée. Little Chapel est apparemment une réplique de la basilique de Lourdes, tout en coquillages et porcelaine. J’ai eu l’impression de visiter une maison de poupées !

En revanche, la maison de Victor Hugo était fermée pour travaux…

C’est avec une grosse pointe de regret que j’ai repris le ferry, je l’avoue. J’ai prévu d’y retourner en 2020, et découper différemment mon séjour pour pouvoir randonner une journée complète à Sercq et une autre à Aurigny que nous n’avons pas eu le temps de visiter. Mais je garde l’option vélo pour Guernesey où j’espère bien croiser Victor Hugo cette fois.

Publicités
Catégories : Je marche donc je voyage | Poster un commentaire

Navigation des articles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :