La Passe-miroir : la tempête des échos de Christelle Dabos

Que dire sur l’ultime épisode qui clôt une saga qui aura emporté mon imagination et m’aura offert un coup de coeur littéraire incontestable depuis Les fiancés de l’hiver et ma première rencontre avec Thorn, Ophélie, Archibald et Bérénilde. De cette excellente série, je retiens la découverte d’un mode riche, coloré et incroyablement poétique qui a eu le pouvoir de me transporter hors de ma vie quotidienne le temps d’une lecture. C’est donc avec autant d’impatience que d’appréhension que j’attendais la sortie de cet ultime volet, bouquet final d’un joli feu d’artifice créé par une jeune auteure entrée sans préambule dans la cour des grands. Hélas, mes attentes étaient sans doutes trop grandes et ma déception fut réelle avec le 4ème tome, même si je l’ai aimé en grande partie et que certaines trouvailles sont réellement bluffantes.

Sans remettre en cause le talent de Christelle Dabos et la puissance de son imagination, je regrette profondément certains choix et parti-pris qui ont suscité lors de ma lecture des moments d’ennui et un sentiment de frustration, je l’avoue. Enfin, l’intrigue se dénoue et le lecteur finit par comprendre le lien entre les échos, l’effondrement des arches, Eulalie Dilleux et l’Autre qu’Ophélie et Thorn poursuivent depuis l’Arche de Babel, le 3ème tome. Ce dénouement m’a paru incroyablement confus et tiré par les cheveux, il m’a semblé en fait que Christelle Dabos a complexifié son intrigue à outrance, donnant assez brusquement une dimension philosophico-religieuse disproportionnée aux aventures de notre Liseuse. Qui plus est, l’arche de Babel est le monde que j’ai le moins préféré de toute la saga, et m’y retrouver à nouveau coincée dans ce dernier tome ne m’a pas enthousiasmée plus que ça.

Pire encore, j’ai été affreusement déçue du sort réservé à des personnages auxquels je m’étais attachée et qui sont juste survolés, voire abandonnés dans ce livre : je pense évidemment à Archibald (comme je regrette son rôle de faire-valoir…), Bérénilde, la tante Roseline, Gaëlle et Renard. Cantonnés aux seconds rôles, certains vont connaître une fin tragique, d’autres ne seront qu’effleurés pour servir l’intrigue. Et que dire que de la petite Victoire, dont la place aurait pu être centrale, à la personnalité intrigante et au potentiel plus qu’intéressant ? Et bien pas grand-chose justement, car elle demeure largement inexploitée elle aussi.

Enfin, j’en terminerai avec nos deux drôles d’amoureux, Ophélie et Thorn. Là encore, la fin (et sans vouloir rien dévoiler) est une cruelle déception. Oui, je sais, c’est la mode une fin ouverte, le lecteur imagine ce qu’il veut… Moi je dis que c’est procédé pour auteur timide ou paresseux. Ou bien est-ce rebutant à ce point les happy end ? trop convenus , trop faciles ? Mais moi je les aime les happy end, je les veux ! Bref, aucune satisfaction de ce côté là non plus, je confesse donc que La tempête des échos fut, à mon grand regret, une lecture globalement plutôt laborieuse.

J’ai une pensée pour Christelle Dabos tout de même, je sais bien que chaque lectrice ou presque avait en tête sa fin idéale. J’imagine aussi la pression de l’éditeur aussi bien que des lecteurs pour clore en beauté une saga qui s’est très bien vendue. Et en même temps, j’imagine bien que l’auteure a dû ou su résister à la tentation de faire plaisir à tout le monde, en écrivant son livre, celui qu’elle voulait créer, pas celui dont ses lecteurs rêvaient. Cela ne doit pas être évident de concilier tous ces désirs. Voilà, cela ne m’empêchera pas de suivre son travail, l’après Passe-miroir, car elle mérite largement de figurer parmi les valeurs sûres de la fantasy.

 

Catégories : Tout droit jusqu'au matin | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “La Passe-miroir : la tempête des échos de Christelle Dabos

  1. Bon… je le lirai avec moins d’attente, alors! Peut-être que j’aimerai davantage que toi!

    J'aime

  2. J’ai trouvé un peu moins d’avis 100% enthousiastes sur les blogs, si je compare surtout avec les 2 premiers tomes. je ne suis donc pas la seule à éprouver de la déception 🙂 mais je te souhaite d’aimer le roman plus que moi !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :