De mauvais poil

Mes coups de gueule

L’Art au service de la nature

J’avais envie de vous faire partager des créations destinées à sensibiliser le public à la destruction de la nature.

La première série de 3 photos, superbes, ont été créées pour soutenir Robin Wood, une association néerlandaise. C’est l’agence Grabarz & Partner qui en est l’auteur, sur le thème « Destroying nature is destroying life ». Original et créatif, non ?

2de0bf34853303.56e048856826e

cde7e634853303.56e04885688b6

81984b34853303.56e0488568ea0

Cette autre série de photos a été prise par le photographe anglais Nick Brandt. Il a installé ses gigantesques clichés d’animaux sauvages, pris il y a 10 ans en Afrique de l’Est, sur les mêmes lieux, mais photographiés aujourd’hui. Le noir et blanc accentue l’effet dramatique, ça serre le coeur. L’idée d’installer des panneaux réels plutôt que de travailler avec photoshop était de pouvoir interagir avec les populations locales.

1-e1457552992928

4

11-e1457552857142

13-e1457552824335

Catégories : De mauvais poil | 6 Commentaires

Manif pour le loup : j’y étais !

oui aux loups

Dessin ci-dessus de Pascal Melan.

J’y étais et je suis bien contente de ce petit sacrifice (6 heures de route dans la même journée, le froid – mais du soleil et pas de neige, ouf – et un peu de tension et de stress) car ce rendez-vous pour les loups a été une réussite. Près de 3000 personnes, un cortège d’un km de long dans les rues de Lyon, la présence médiatique du journaliste Fabrice Nicolino, blessé lors de l’attentat de Charlie-Hebdo, l’écrivain-naturaliste Yves Paccalet, le pirate des mers Paul Watson (hé, j’ai lu leurs bouquins à ces trois là ;-)), Allain Bougrain-Dubourg, ancien animateur et producteur d’émissions animalières et actuel président de la LPO, le naturaliste Marc Giraud (un de ses livres chroniqué ici), Pierre Athanaze (2 de ses bouquins chroniqués ici également), bref, une belle unité associative.

Cela a fait chaud au coeur de voir tous ces citoyens venus montrer leur soutien à un prédateur, espèce protégée de surcroit, que les éleveurs et chasseurs veulent dégommer à tout prix. Les clichés et contre-vérités ont la peau dure, mais qu’importe, ce n’était que le début.

Dimanche, il y avait aussi une manif organisée à Nice, 300 personnes, c’est déjà chouette. Et d’autres villes vont en organiser pour montrer au gouvernement, au camp de la mort, que oui, il y a un grand nombre de citoyens qui veulent sauver les loups.

Je n’étais pas spécialement contre les éleveurs en extensif, mais face à tant d’acharnement et de stupidité, je n’éprouve plus aucune compassion. En attendant, moi, je cesse d’acheter les produits à base de lait de brebis.

manif loup5

Catégories : De mauvais poil | Poster un commentaire

A quand le changement ?

J’ai changé de blog et de formule parce que je voulais un espace qui me ressemble davantage. Je lis de moins en moins, d’abord parce que je passe beaucoup de temps « dehors », ce dehors regroupant aussi bien mon jardin, mes prés, la forêt en face de chez moi ou les bords de Loire. Et puis aussi parce que depuis quelques temps je n’ai plus guère de goût pour la littérature générale. En revanche, les bouquins sur l’écologie et la littérature de l’imaginaire, celle qui regroupe la fantasy, le fantastique, etc. débordent de mes étagères. Et la liste de mes achats pour cette fin d’année est plutôt longue !

J’ai bien besoin de m’immerger dans ces mondes lointains et des royaumes oubliés parce que ce monde actuel me dérange de plus en plus, m’inquiète et me consterne. Arrivera un moment où il me terrifiera peut-être.

62336049

Et je ne parle que de la France…

Rien de bien ne sortira de la COP 21, le gouvernement et la justice s’acharnent sur des zadistes, des faucheurs d’OGM, de chaises (garde à vue pour une militante qui a fauché une chaise à la BNP), sur les Anonymous qui protestent contre l’enfouissement des déchets nucléaires. Et même sur les clowns pacifiques qui sont souvent placés en tête de cortège des manifs, histoire de désamorcer l’agressivité des forces de l’ordre !

source : stripsjournal.canalblog.com

source : stripsjournal.canalblog.com

Mais rien n’est fait contre les braconniers ou chasseurs, les éleveurs qui éliminent impitoyablement le pinson, le bouquetin ou le loup, ou qui cassent et dégradent les biens publics, rien contre le type qui attaque à coup de pelle le président de la LPO, rien contre les éleveurs-voyous qui ont saccagé les locaux d’une association défendant les loups en Lozère, rien contre les gendarmes ou ceux qui sont responsables de la mort de Rémi Fraisse – l’enquête traîne en longueur – rien contre ceux qui nous polluent, qui exploitent les bêtes (je pense à la ferme des mille vaches entre mille exemples) et le tout se passe dans une indifférence presque totale.

64536653

Les citoyens qui résistent et s’indignent sont pris pour cibles, inquiétés, harcelés, militants comme lanceurs d’alerte. On dirait qu’en France, aujourd’hui, défendre le Vivant est devenu une tare, un acte suspect. Mais je laisse mon pessimisme de côté parce que, malgré tout, la résistance est bien là, elle est amorcée, et le changement est parfois perceptible. Dans les actes, les pensées, au quotidien. Il faut continuer à résister. Et à lire pour s’informer. Si grâce à mes modestes chroniques je parviens à faire réfléchir, à faire douter, alors ce blog aura bel et bien une place légitime et une raison de perdurer.

source : stripsjournal.canalblog.com

PS : tous ces dessins satiriques proviennent du site : stripsjournal.canalblog.com

Catégories : De mauvais poil | Poster un commentaire

Une pensée pour Rémi Fraisse

Une pensée pour Rémi Fraisse et sa famille.

Il y a un an, Rémi Fraisse était abattu par un gendarme sur la ZAD de Sivens. L’enquête est toujours en cours.

Hier, un hommage lui a été rendu sur la zone. Lire l’article de Reporterre.

0285m

Catégories : De mauvais poil | Poster un commentaire

La Vanoise ? Non, merci !

Le parc national de la Vanoise me fascine depuis longtemps. Des paysages à couper le souffle, une faune sauvage préservée… J’ai dit « préservée » ? Et bien je me trompais.

J’avais programmé un séjour en Vanoise au printemps 2016. Je n’irai pas. Cette année, je suis allée à Venise. Je dois retourner en Italie, à Rome, l’année prochaine. Et bien, figurez-vous que je vais ajouter une visite supplémentaire en 2016 dans ce beau pays qu’est l’Italie. J’irai dans les Abruzzes, ou ailleurs, randonner sur les traces des loups et des ours.

Bon, je vous entends penser, « mais quel rapport entre l’Italie et la Vanoise ? et quelle mouche pique Folfaerie ? ». Et bien, la mouche, elle est là, cachée dans ce billet d’Yves Paccalet, paru sur son blog.

Dislike emoticon

Dislike emoticon

Bonne lecture et promis, je ramènerai de belles photos d’Italie…

source : bellitalie.org

Vanoise : le coup de fatigue du vieux loup !

1er octobre

Je contemple la montagne par la vitre de mon bureau. La Vanoise est sublime : alpages lavés d’ocre et de rouge, sommets bleu marine, avec des rochers niellés de névés reblanchis par la neige fraîche. Et là-bas…, là-bas…, l’énormité (oui, encore !) des glaciers du Pelve et de Chasseforêt, qui baisent un nuage comme en un rêve de Baudelaire…

Un aigle tourne au-dessus des épicéas. Hier, un gypaète nous a rendu visite. Derrière la maison, deux biches et deux chevreuils ont brouté dans le pré. Scènes de paix. Nature aimable. Mais sale temps de fatigue sur la bête écolo que je continue d’héberger !

Hier, mercredi 30 septembre, j’étais à Chambéry. J’ai passé la matinée assis sur une chaise, et pas pour rigoler… Nous avions une réunion du Bureau, puis du Conseil d’Administration du Parc national de la Vanoise.

Je néglige les dossiers annexes. Le premier gros morceau a consisté à dresser le constat d’un échec dévastateur : celui du vote des communes sur la Charte d’adhésion. Vingt-neuf étaient concernées. Deux ont dit « oui » : Peisey-Nancroix et Saint-Martin-de-Belleville. Les autres, même celles dont le maire était « pour » (Champagny, Termignon, Aussois…), même celle dont je suis conseiller municipal (Bozel), ont répondu « non ». Le directeur du Parc, Emmanuel Michau, en avait les larmes aux yeux. Le président, Guy Chaumereuil, tentait de faire bonne figure. Le jeune maire de Peisey-Nancroix, Laurent Trésallet, nous a gratifiés d’une intervention enthousiaste, positive, tournée vers l’avenir et pleine de sagesse, qui m’a mis du baume au cœur. Il en aurait fallu d’autres. Le Parc national de la Vanoise constitue une triste exception. Il est le seul, parmi les dix de la France, dans lequel les municipalités n’ont pas adhéré à au moins 75 %. J’ai déclaré au Conseil que j’aurais préféré être Guadeloupéen puisque, là-bas, le « oui » l’a emporté à 100 % !

Les efforts que nous avons pu faire (discours, réunions publiques, articles, pétitions…) sont restés vains. Nous nous sommes heurtés, année après année, aux mêmes récriminations aigries, répétées, recyclées, ressassées ad nauseam… J’en rappelle quelques-unes : le Parc gêne nos projets de développement. Nous refusons une couche supplémentaire de règlements. Les Parigots n’ont pas à nous dicter leur loi. Notre économie, c’est le ski. Le Parc de la Vanoise, nous l’aimons à tel point que nous voulons l’étrangler…

À peine avalée l’amertume du rejet de la Charte, et de la dégradation collatérale de l’image de la Savoie aux yeux du monde, il a fallu évoquer un scandale : la séquestration du directeur du Parc, de son président et d’un de ses agents (Frank Parchoux). Cela s’est passé à Bramans, en Maurienne, dans la nuit du 1er au 2 septembre. Les trois hommes ont été retenus pendant 15 heures par un groupe d’éleveurs de brebis qui exigeaient de pouvoir abattre cinq loups. Guy Chaumereuil nous a raconté, avec pudeur mais sans fard, que les preneurs d’otages se sont conduits en brutes vociférantes et méprisantes, qui insultaient non seulement la fonction des détenus, mais leur personne. Ces hors-la-loi, hélas, ont obtenu ce qu’ils voulaient, et le droit de massacrer non pas cinq, mais six loups. En séance, le préfet de la Savoie, Éric Jalon, nous a assurés (dont acte) qu’au contraire de ce que prétend la rumeur, il n’a pas négocié tant que la séquestration était en cours.

J’ai demandé que le Conseil d’Administration réprouve solennellement ces violences et proclame sa solidarité avec les victimes de la séquestration. Vous le croirez si vous voulez : la résolution a été adoptée, mais certains administrateurs ont voté contre. Je leur souhaite du courage lorsqu’ils voudront condamner les illégalités des banlieues ou les enlèvements de Daesh.

Le troisième sujet venait dans le fil du précédent : le loup. Oui « le » : c’est ainsi qu’on singularise la chose, l’espèce animale ou l’humain qu’on désire éliminer. « Le » cancer. « Le » migrant. « Le » loup… Le Parc national de la Vanoise aide les éleveurs. Il leur propose une série de mesures positives, notamment des aides au gardiennage des troupeaux. Cependant, pour nombre de bergers, il n’existe nulle autre solution que l’extermination du prédateur. La tuerie a déjà commencé, et pas seulement en Savoie. J’ai indiqué qu’en France, nous avons moins de 300 loups, et que la population de l’espèce a même diminué en 2015 par rapport à 2014. J’ai rappelé qu’en Italie, les loups sont 1 500, et 2 000 en Espagne ; et que, dans ces deux pays, ils causent bien moins de souci qu’en France. J’ai affirmé, de surcroît, qu’à mes yeux il existe deux lignes rouges : primo, je refuse qu’on remette en question le statut de protection de Canis lupus (et la Convention européenne de Berne dont la France est signataire) ; et, secundo, je n’admets pas qu’on autorise des chasseurs à fusiller l’animal dans le cœur du parc.

Vous me croirez ou non, mais dans la résolution votée par le Conseil d’Administration, deux phrases ambiguës laissent entendre qu’on pourrait, primo « faire évoluer » le statut du loup en tant qu’espèce protégée ; et, secundo, que la question de sa traque dans le cœur du parc « ne doit pas être un préalable à la discussion ».

La bête écolo qui s’agite en moi depuis des décennies donne des signes de lassitude. Mes indignations s’effritent à force de se briser sur le mur des saccages, des pollutions et des violences faites à la Beauté. Je fatigue. Mes cris rageurs se muent en couinements de chiot. Le loup qui hurlait dans ma cervelle et par ma bouche n’est plus capable d’émettre que des gémissements pitoyables. Mon âme a compris que les fusils se rapprochent, que le béton et la bagnole gagnent la bataille, que le fric assoit son empire, et que mes petits-enfants ne connaîtront jamais les plaisirs que j’ai connus quand j’étais petit sauvageon en liberté dans la montagne.

Catégories : De mauvais poil | 6 Commentaires

Nous sommes toutes et tous des faucheurs de chaises BNP et HSBC

Cela pourrait être un gag, cette histoire de chaises réquisitionnées. Mais pas du tout. C’est bien ce qui m’inquiète. Si j’ai eu envie de participer à ce (tout petit) acte de résistance, c’est que je vois plus ou moins ce qui est en train de se profiler à l’horizon. Campagnes dans les médias, bien orchestrées, pour faire passer zadistes, militants écolos, citoyens désireux de mettre en valeur d’autres pratiques, adeptes du vélo et de la décroissance, anti-corridas, viticulteurs refusant d’utiliser des produits chimiques… bref, la liste est longue, pour de dangereux terroristes et contestataires. Comme si il n’y avait pas d’acte plus grave en ce monde que de réquisitionner des chaises !! Oui mais attention, il s’agit des chaises d’une banque, et ça change tout…

Cela ne vous rappelle rien ? Isoler les gens qui pensent autrement, les faire passer pour des gens dangereux, distiller la peur (si ça se trouve, mon blog est déjà sous surveillance !!). Moi ça me rappelle certains régimes, ce qui est arrivé à Edward Snowden (qui d’ailleurs a apparemment dénoncé la loi Valls sur le renseignement) et pas mal de lectures. Ouais, Big Brother is watching you…

Rappel des faits (source : Attac France et Reporterre)

Le 7 mars dernier, Attac avait mené une action citoyenne en réquisitionnant 5 chaises dans l’agence BNP Paribas de Paris Voltaire pour exiger la fermeture des sept filiales de la banque aux îles Caïmans. Thomas Coutrot, porte-parole d’Attac France, est convoqué au commissariat de police du onzième arrondissement de Paris le mercredi 10 juin à 9 h pour répondre des faits de « vol en réunion ».

L’association commente : « Au lieu de poursuivre les banques pour leur implication dans l’industrie de l’évasion fiscale qui coûte chaque année de 60 à 80 milliards d’euros à l’État français, la police poursuit celles et ceux qui ont jugé nécessaire d’agir face à une situation insupportable. Nous appelons à soutenir Thomas Coutrot, sur place en faisant le chemin avec lui de l’agence BNP Paribas la plus proche jusqu’au commissariat, ou via Internet et les réseaux sociaux en diffusant une photo de vous, une chaise à la main, accompagnée du message ’Nous sommes toutes et tous des faucheurs de chaises BNP et HSBC ! »

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Catégories : De mauvais poil | Un commentaire

Erri de Luca baillonné par la justice italienne ?

Je n’ai pas lu les oeuvres de l’écrivain italien, même si Le poids du papillon est sur ma LAL depuis des mois.
Mais je me sens concernée par ce qui arrive à Erri de Luca car dans mon département, moi et d’autres citoyens, nous nous sommes battus pour qu’un projet de LGV, parfaitement inutile (il suffit de rénover les lignes existantes, hein…) et parfaitement destructeur pour la nature, en plus d’être très coûteux, of course, soit repoussé aux calendes grecques, voire abandonné (on peut bien espérer…).
Lui, et bien d’autres citoyens, se battent contre la LGV Lyon-Turin, ce projet aux allures de mauvais feuilletons et aux relents de magouille et mafia.

Or, je lisais hier sur Reporterre :

Accusé « d’incitation au sabotage », l’écrivain italien Erri De Luca comparait aujourd’hui devant le tribunal de Turin. Opposé au projet Lyon Turin, De Luca dit à Reporterre : « On m’accuse d’un délit d’opinion ».

La plainte a été déposée par la société Lyon-Turin Ferroviaire (LTF) de Chambéry, un nom à retenir, non ? Sans compter que le projet de loi Macron prévoit un amendement relatif aux secret des affaires, pratique, non ?

On tire sur les zadistes, on emprisonne les opposants aux grands projets inutiles, on menace les intellectuels… l’histoire n’est qu’une désolante répétition. Tout ceci me rappelle des choses, des événements, un passé pas si lointain… Est-ce vraiment cette société que nous voulons ?

En attendant, je compte me procurer le livre de l’un des opposants, Daniel Ibanez, « Trafics en tous genres », on en reparlera ici, promis…

Catégories : De mauvais poil | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.