Rosa Bonheur, l’éloge du monde animal

Rosa-couv-e1428397820349

Un grand merci à Babelio pour m’avoir sélectionnée pour le dernier Masse Critique. Honte à moi, je connaissais le nom de Rosa Bonheur et n’avais jamais eu l’occasion de me procurer un ouvrage sur son travail de peintre. En fait, le premier tableau que j’ai vu, c’est celui du labourage nivernais au Musée d’Orsay. J’avais été frappée par la lumière qui s’en dégageait et le souci du détail dans les portraits des boeufs qui m’avaient semblé plus vrais que nature.

Musée_d'Orsay_-_Rosa_Bonheur_-_Labourage_nivernais_-_001

Cet ouvrage présente une sélection de  ses tableaux (elle peignait essentiellement des animaux de ferme, des scènes de la vie rurale, mais aussi des animaux sauvages comme renards, lions, tigres, cerfs…), des affiches, des esquisses, et à la fin les sculptures réalisées par son frère. Lui aussi avait un don !

Je dois reconnaître que j’aurais préféré davantage de tableaux car, curieusement, la vie personnelle de Rosa Bonheur ne m’a pas trop intéressée (l’ouvrage aborde ses relations chaotiques avec son père, son « amour » des animaux qui lui fait commettre pourtant des bévues, son admiration pour Buffalo Bill, qui reste pour moi un tueur de bisons et donc d’Indiens…).

bonheur-wild-horses300

Je regrette donc que l’on ne s’attarde pas davantage sur sa technique et sa position vis à vis des courants artistiques de l’époque. Elle n’entrait en effet dans aucune case, et son mode de vie parfois excentrique, ne suscitait aucune polémique. Mieux encore, elle a  vendu des toiles, à des prix incroyables ! Elle pu ainsi emménager au château de By, que l’on peut désormais visiter. J’aurai également aimé comprendre la raison d’un succès si entier, du moins jusqu’à la fin du XXème. Mais aujourd’hui, elle connait un regain d’intérêt et ce n’est que justice.

xRosa_Bonheur_-_Etude_de_renard

En résumé, ce petite ouvrage de 60 pages ne pouvait pas tout aborder, c’est certain, mais constitue tout de même une excellente introduction à l’oeuvre de Rosa Bonheur. Je ne regrette donc pas mon choix.

Publicités
Catégories : Avec ou sans pattes | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Rosa Bonheur, l’éloge du monde animal

  1. keisha41

    Je l’avais repéré dans la liste Babelio. Un peintre oublié… Je ne connais guère sa vie (elle s’habillait en vêtements masculins, je crois?)

    J'aime

  2. Oui c’est ça. Elle devait demander une permission de travestissement à la préfecture de Paris, tous les 6 mois, pour avoir le droit d’arpenter les marchés aux bestiaux et les abattoirs. Cela explique son talent à reproduire avec exactitude l’anatomie animale. La petite histoire dit qu’elle fumait, tirait au fusil et a vécu avec deux femmes, bizarrement, ses « excentricités » comme on disait, ne dérangeaient pas.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :